Lutte contre la grippe aviaire renforcée sur tout le territoire national

Le virus IAHP HSN8, maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux, a été détecté sur la faune sauvage et dans plusieurs élevages notamment aux Pays-Bas, puis en Allemagne et au Royaume-Uni. Un cas d’IAHP a été confirmé en Corse, le 16 novembre, dans une animalerie.

La migration actuelle d’oiseaux sauvages présente un risque fort de dissémination du virus dans les élevages de volailles en France, notamment le long des couloirs migratoires, comme le Val de Durance dans le département.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a pris dès le 25 octobre 2020 des mesures de prévention pour éviter l’introduction du virus en France. Suite au cas détecté en Corse, le Ministre a décidé le 16 novembre 2020 d’étendre le niveau de risque à “élevé” sur l’ensemble du territoire national et plus seulement dans les départements à flux migratoire.

Cette décision a été prise après information des professionnels des filières avicoles et de la fédération nationale des chasseurs et consultation de l’Office français de la biodiversité.

Les mesures rendues obligatoires sur tout le territoire sont dès à présent :

  • la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs, afin d’éviter tout contact avec l’avifaune sauvage ;
  • surveillance quotidienne de l’état de santé des volailles d’élevage ;
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
  • l’interdiction de l’utilisation d’appelants.

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences économiques importantes dans les élevages de volailles, mais aussi sur les échanges et exportations de volailles et de viandes de volailles.

Toutefois, l’arrêté ministériel du 16 mars 2016 prévoit des dérogations pour les détenteurs commerciaux, au cas par cas, telles que la non-claustration des oiseaux, pour des raisons de bien-être animal, de technique d’élevage ou des contraintes liées à un cahier des charges répondant à un signe officiel de qualité défini.

Un courrier est également envoyé à l’ensemble des éleveurs. Pour information, de telles mesures avaient déjà été appliquées en 2017 suite au cas d’IAHP dans le sud-ouest de la France.

Ce niveau de risque doit amener chaque partie prenante à mettre en place les mesures de protection et de surveillance. Les éleveurs de volailles et les vétérinaires sont informés en parallèle de ce courrier de ces mêmes mesures. Vous trouverez en annexe les coordonnées des personnes à contacter lors de suspicion de cas d’IAHP dans l’avifaune sauvage et domestique.

Dans le cadre du recensement des détenteurs de volailles dans le département, je vous rappelle que tout détenteur d’oiseaux est tenu d’en faire la déclaration auprès du maire du lieu de détention comme précisé dans l’arrêté du 24 février 2006.

Le service santé et protection animales, abattoirs et environnement de la DDCSPP se tient à votre disposition pour toute information complémentaire (contact : Sylvie ROUX, tel : 04 92 30 37 46).