Covid à Limans : jouons la transparence

Entre le 10 et le 13 février, sur la communauté Longo Maï, plusieurs cas de Covid sont apparus. Un test collectif effectué le 12 février a révélé 9 cas positifs à la souche historique du SARS-CoV-2, principalement regroupés sur un des hameaux. Des mesures ont été prises et un nouveau test collectif a eu lieu le 19 février. Les résultats encore partiels révèlent que les gestes barrières et mesures d’isolement ont été efficaces puisque le collectif ne compte aujourd’hui qu’une quinzaine de cas positifs.

 

L’annonce de cette contamination a perturbé l’organisation périscolaire, car un des cas positifs était celui d’une enfant mangeant à la cantine. Comme elle a pu contribuer à propager le virus parmi ses camarades le temps du non-port du masque, l’ARS et le médecin scolaire en concertation avec la directrice d’école et les élus ont dû prendre des mesures. Les parents dont les enfants ont été identifiés contacts à risque ont été avertis et informés du protocole.

 

Par précaution nous avons préféré renoncer au service de cantine et de garderie cette semaine. Pour la rentrée scolaire, nous allons mettre en place deux services de cantine permettant de garantir une meilleure distanciation entre les élèves et ainsi, éviter que ce dysfonctionnement ne se reproduise.

 

En espérant que d’ici là, le 8 mars, la situation soit normalisée, prenons soin de respecter les mesures sanitaires élémentaires pour stopper la diffusion du Covid à Limans, d’autant qu’il est utile de le préciser, nous venons d’apprendre que cette enfant scolarisée dans la commune est la seule personne de Longo Maï pour le moment à avoir été contaminée par le variant anglais. N’étant porteuse d’aucun symptôme elle n’aurait jamais été détectée si des tests systématiques n’avaient pas été pratiqués sur tous les habitants du lieu. Le peu d’informations à notre disposition laisse donc à penser qu’il existe différents canaux de contamination.